Questionnaire en ligne - cliquez ici

Risque cardio-vasculaire

Description : l'hypertension artérielle induite par la cortisone est souvent modérée et ne se manifeste habituellement par aucun symptôme. Le diagnostic est en général posé par le médecin lors de la mesure de la pression artérielle en consultation. Par ailleurs, les patients traités durant de nombreux mois par corticoïdes ont un risque d'accident cardio-vasculaire augmenté. 

Fréquence : le diagnostic d'hypertension artérielle est posé chez 10 à 20% des patients traités par corticoïdes, la plupart du temps après plusieurs mois de traitement. Cette fréquence n'est pas beaucoup plus élevée que celle observée chez des patients du même âge, du même sexe, souffrant de la même maladie mais non traités par corticoides. Les accidents cardio-vasculaires (angine de poitrine, insuffisance cardiaque) demeurent rares.

Sujets à risque : les facteurs de risque d'hypertension cortico-induite sont mal connus. Les patients les plus âgés et ceux aux antécédents personnels ou familiaux d'hypertension seraient plus souvent concernés. Par ailleurs, le risque serait faible pour des posologies de cortisone inférieures à 15-20 mg/j. Les apports en sel semblent peu influencer l'apparition d'une hypertension induite par les corticoïdes.

Traitements courts versus traitements prolongés : une hypertension artérielle peut apparaitre dès les tous premiers jours d'un traitement par cortancyl ® ou solupred ®. Cependant, la plupart des cas sont observés après plusieurs semaines ou mois de traitement. Il en est de même pour les accidents cardio-vasculaires.

Prévention/traitement : la dose et la durée de traitement minimales doivent être recherchées. Il est probable que la pratique d'un exercice physique régulier et la limitation de la prise de poids permettent de limiter le risque d'hypertension artérielle. Si cela est insuffisant, des traitements spécifiques (antihypertenseurs) peuvent être prescrits.

Dépistage : la mesure régulière de la pression artérielle (auto-mesure dans les pharmacies ou à l'aide d'appareils disponibles dans le commerce ou mesure par le médecin lors des consultations) est recommandée. 

Réversibilité : l'hypertension artérielle cortico-induite régresse ou disparait lors de la diminution ou de l'arrêt du traitement.

Bibliographie
  • Jackson SH et col. Does long-term low-dose corticosteroid therapy cause hypertension? Clin Sci (Lond). 1981
  • Huscher D et col. Dose-related patterns of glucocorticoid-induced side effects. Ann Rheum Dis. 2009
  • Gudbjornsson B et col. Prevalence of long term steroid treatment and the frequency of decision making to prevent steroid induced osteoporosis in daily clinical practice. Ann Rheum Dis. 2002
  • Souverein PC et col. Use of oral glucocorticoids and risk of cardiovascular and cerebrovascular disease in a population based case-control study. Heart. 2004
  • Wei L et col. Taking glucocorticoids by prescription is associated with subsequent cardiovascular disease. Ann Intern Med. 2004
  • Whitworth JA. Mechanisms of glucocorticoid-induced hypertension. Kidney Int 1987
  • Fardet L et col. Effet à court terme des apports sodés sur la pression artérielle des patients recevant une corticothérapie systémique : étude prospective, randomisée, croisée . Rev Med Interne. 2009

date de mise à jour: 02/08/2017