Prise de poids / modifications de l'aspect physique

 

Description : les corticoides induisent fréquemment une prise de poids. Cette prise de poids est habituellement modérée, de l'ordre de quelques kilos. Par ailleurs, les corticoides modifient l'aspect physique avec apparition d'un arrondissement du visage (le visage "lunaire"), d'une bosse au niveau de la nuque ("bosse de bison") ou d'une augmentation du tour de taille. Ces anomalies sont dues à une redistribution des cellules graisseuses dans l'organisme (appelée lipodystrophie) et pas à une rétention d'eau.

Fréquence : on estime qu'après deux à trois mois de traitement, 40 à 60% des patients vont présenter une prise de poids et/ou une modification significative de leur aspect physique.

Sujets à risque : les femmes, les sujets les plus jeunes et les sujets en surpoids lors de l'initiation de la corticothérapie semblent les plus à risque. Par ailleurs, le risque augmente proportionnellement aux doses prescrites et pourrait augmenter dès des doses équivalentes à 10 mg par jour de Cortancyl ® ou de Solupred ®.

Traitements courts versus traitements prolongés : ces effets indésirables apparaissent précocement mais ne deviennent habituellement visibles et gênants qu'après plusieurs semaines de traitement. Ces effets indésirables ne sont habituellement pas problématiques au cours des corticothérapies courtes.

Prévention/traitement : l'alimentation semble jouer un rôle dans l'apparition de ces effets indésirables mais n'en est clairement pas la seule responsable. Il pourrait exister des facteurs génétiques prédisposants encore mal connus. Quoiqu'il en soit, il semble licite de recommander des apports caloriques limités sans cependant envisager de régime strict. De nombreux médecins pensent qu'une limitation des apports en glucides (ex: sucres rapides, pain) pourrait être bénéfique mais cela n'a jamais été démontré. La limitation des apports en sel ne semble pas justifiée pour prévenir la prise de poids et la lipodystrophie. Une fois que ces effets indésirables sont installés, on ne connait pas de traitement efficace qui permette de les faire régresser (mais un régime alimentaire adapté et la pratique d'un exercice physique réguliers ne peuvent être que recommandés).

Réversibilité : ces effets indésirables sont réversibles à l'arrêt de la corticothérapie. La lipodystrophie pourrait même commencer à disparaitre dès que les doses de corticoïdes sont < 10 mg/j.

à savoir
  • Il faut différencier la prise de poids induite par la corticothérapie de la reprise des quelques kilos perdus en raison de votre maladie
Bibliographie
  • Huscher D et col. Dose-related patterns of glucocorticoid-induced side effects. Ann Rheum Dis. 2009
  • Curtis JR et col. Population-based assessment of adverse events associated with long-term glucocorticoid use. Arthritis Rheum. 2006
  • Fardet L et col. Histoire naturelle de la lipodystrophy cervico-faciale cortico-induite: suivi prospectif de 37 patients. Rev Med Interne. 2007
  • Fardet L et col. Incidence and risk factors for corticosteroid-induced lipodystrophy: a prospective study. J Am Acad Dermatol. 2007
  • Fardet L et col. Corticothérapie systémique et alimentation : suivi des recommandations diététiques et relation entre apports alimentaires et apparition d'une lipodystrophie. Rev Med Interne. 2007

date de mise à jour: 14/08/2014