Tout savoir sur les corticostéroïdes

Table des matières
    Add a header to begin generating the table of contents
    LES corticostéroïdes

    Que sont les corticostéroïdes

    Les corticostéroïdes sont des médicaments anti-inflammatoires et immunosuppresseurs, dont la structure est similaire à celle des corticostéroïdes endogènes. Ces derniers sont synthétisés dans les surrénales à partir du cholestérol et sont divisés en deux catégories : celle des minéralocorticoïdes et celle des glucocorticoïdes (selon que l’action affecte principalement l’équilibre glucidique ou hydrosalin).

    Ce  sont un type d’hormone appelé stéroïdes, qui sont produits dans les glandes surrénales. Leurs formes synthétiques ou semi-synthétiques sont utilisées pour leur effet anti-inflammatoire et immunosuppresseur dans le traitement de différentes pathologies : respiratoires, ophtalmologiques, respiratoires, rhumatismales, etc., ainsi que dans la transplantation d’organes pour éviter le rejet.

    Les corticostéroïdes synthétiques ont une structure similaire à celle des corticostéroïdes endogènes et sont donc caractérisés par la présence du cycle cyclopentano perhydro phénanthrénique des hormones cholestérol et stéroïdes ; sur la structure de base, des substitutions sont effectuées au niveau des atomes de carbone pour renforcer leur pouvoir anti-inflammatoire et réduire les effets secondaires sur le métabolisme intermédiaire.

    Parmi les cortisoniques synthétiques, on trouve la prednisone, la prednisolone, la métasone, la dexaméthasone et le fluocortisol.

    Types de corticostéroïdes naturels

    Corticostéroïdes minéraux : aldostérone et corticostérone. Elles sont produites dans la zone glomérulaire des glandes surrénales et sont responsables de la régulation de l’équilibre hydrosalin.

    Glucocorticoïdes : cortisol (hydrocortisone), cortisone. Ils sont produits dans la zone fasciculée et contrôlent le métabolisme des glucides, des graisses et des protéines.

    Les corticostéroïdes semi-synthétiques sont obtenus en modifiant la structure chimique de la cortisone naturelle ou hydrocortisone. Cela augmente leur puissance, en diminuant l’activité corticoïde minérale et en améliorant le glucocorticoïde.

    Quand utiliser des corticostéroïdes ?

    Les corticostéroïdes se trouvent dans des préparations destinées à un usage topique (peau ou muqueuses), par inhalation, par voie orale (prednisone et prednisolone) et systémique (esters solubles et donc injectables). Les indications thérapeutiques de ces médicaments sont assez nombreuses ; pour ne citer que quelques exemples, les cortisoniques sont classiquement utilisés en présence d’arthrite, de douleurs et d’inflammations articulaires, de dermatites, de réactions allergiques, d’asthme, de rhinites, de lupus érythémateux systémique, d’hépatite auto-immune chronique et de maladies intestinales inflammatoires. Toutefois, leur utilisation reste palliative, c’est-à-dire destinée à atténuer les symptômes d’une maladie sans en supprimer la cause.

    À quoi servent-ils ?

    Parmi les corticostéroïdes les plus connus figurent la prednisone, l’hydrocortisone, la bétaméthasone, la béclométhasone, etc :

    • Maladies respiratoires (asthme, BPCO, etc.)
    • Maladies dermatologiques (allergies, dermatites atopiques, etc.)
    • Maladies ophtalmologiques (conjonctivite allergique)
    • Maladies rénales (syndrome néphrotique)
    • Les greffes d’organes.
    • Lésions musculaires inflammatoires (tendinites)
    • Traitements palliatifs du cancer

    Selon leur indication, les corticostéroïdes ont des présentations pharmaceutiques différentes :

    Inhalateurs (aérosol et poudre sèche)
    Traitement oral (comprimés, gélules, sirops, goutte)
    Topique (pommades et crèmes dermiques, gouttes pour les yeux et les oreilles)
    Vaporisateur nasal.
    Injectables (intraveineux et intramusculaire)

    Les effets de la prise de corticostéroïdes

    EFFETS SECONDAIRES ET COLLATÉRAUX

    • Déterminer la rétention de sodium (aldostérone) en augmentant l’excrétion de potassium → HYPERTENSION, HYPERTENSION, HYPERTENSION, RETENTION HYPALYMIQUE, HYPOKALIEMIE
    • Ils réduisent l’absorption intestinale du calcium en antagonisant le transport médié par la vitamine D. En même temps, ils augmentent l’excrétion → OSTEOPENIA
    • Ils augmentent la gluconéogenèse à partir des acides aminés et diminuent l’utilisation périphérique du glucose → HYPERGYCEMIA, INSULINE RESISTANCE, DIABETE MELLITO.
    • Augmenter le catabolisme des protéines, sauf dans le cœur et le système nerveux central → ATROPHIE MUSCULAIRE, FRAGILITÉ CAPILLAIRE, PATRIMOINE RETARDÉ
    • Ils augmentent le catabolisme des lipides, de sorte que les acides gras libres et les corps cétoniques dans le sang sont augmentés → REDISTRIBUTION DES GRAISSES DU CORPS, QUI S’ACCUMULENT AU NIVEAU DU VISAGE, DU COU ET DE L’OEDDOME, QUI RÉDUIT AU NIVEAU DES ARTS, QUI COHÈSENT À L’HYPOTROPHYTHOUSE.
    • Ils peuvent donner des phénomènes psychotiques par élévation du tonus de l’humeur, insomnie matinale → SYMPTÔMES DÉPRESSIFS À LA SUSPENSION.
    • Au niveau du sang, ils augmentent les globules rouges et l’hémoglobine, augmentent les neutrophiles et réduisent le nombre de lymphocytes (action antilymphoblastique).

    Action anti-inflammatoire

    • Diminuer les rougeurs, les gonflements et les oedèmes
    • Inhiber la migration des monocytes
    • Ils réduisent les lymphocytes circulants
    • Bloc MIF (facteur inhibiteur de la migration des macrophages)
    • Grâce à la lipocortine, ils bloquent le stade initial de libération de l’acide arachidonique qui donne lieu à la cascade inflammatoire.
    • L’action anti-inflammatoire de la cortisone se réfère au blocage de la synthèse des prostaglandines pro-inflammatoires (responsables de l’œdème, de l’hyperalgie, de l’érythème et de la régulation de la température corporelle) et des leucotriènes pro-inflammatoires (qui agissent comme facteurs chimiotactiques, stimulent la production de radicaux libres et provoquent la bronchoconstriction).
    • L’action immunosuppressive des corticostéroïdes est indissociable de l’action anti-inflammatoire, elle-même parallèle aux effets sur le métabolisme glucidique et anti-inflammatoire ; tous ces effets ne sont pas directement liés à ceux sur la rétention du sodium.

    Pouvoirs relatifs et doses équivalentes des principaux corticostéroïdes

     
    CompostoPouvoir anti-inflammatoirePouvoir de rétention du sodiumDurée d’action

    Dose équivalente mg os-ev

    Composé11Breve 8 -12 h20
    Cortisone0.80.8Breve 8 -12 h25
    Fludrocortisone10125Breve 8 -12 h0.1
    Prednisone40.8Intermedia 12-35 h5
    Prednisolone40.8Intermedia 12-35 h5
    Metiprednisolone50.5Intermedia 12-35 h4
    Triamcinolone50Intermedia 12-35 h4
    Betametasone250Lunga 36 – 72 h0.75
    Desametason250Lunga 36 – 72 h0.75

    Autres Effets indésirables

    Effets légers

    (grâce à une seule administration ; en général, une seule dose est exempte d’effets secondaires et – pendant une courte période, jusqu’à une semaine – également d’effets nocifs)

    • Augmentation de l’appétit, gain de poids également par rétention d’eau
    • Hypertrichose et stries pupuraires
    • Faciès lunaire et pétéchies
    • Augmentation de la pression intraoculaire

    Effets moyens

    (en raison de l’utilisation prolongée de cortisonics)

    • Diabète stéroïdien
    • Perte de potassium
    • Retard de croissance
    • Ulcères d’aggravation
    • Aggravation des infections
    • Dysprotéinémie

    Effets GRAVE

    (due à une utilisation prolongée et à des doses élevées de cortisonics)

    • Bleeding
    • Edemi
    • Ostéoporose et fractures
    • Polineurite
    • Dysprotéinémie

    Articles sur le même sujet

    test

    Les corticostéroïdes (souvent appelés génériquement cortisone) sont un groupe d’hormones naturelles et synthétiques similaires au cortisol (hormone humaine produite par la glande surrénale), avec d’importantes

    Voir la publication »